25450213

Entête de l'Atelier de verre de Lachine, cours de vitrail et de verre d'art, Montréal

 

     Retour vers la page des passionnés  
 

Passionné de Février 2016

Éric Bombardier

 

Éric Bombardier, participant aux cours de vitrail et de verre d'art de l'Atelier de verre de Lachine

 

Oeuvre de verre au ruban de cuivre de Éric Bombardier, participant aux cours de vitrail et de verre d'art de l'Atelier de verre de Lachine

 

Abat-jour, oeuvre de verre au ruban de cuivre de Éric Bombardier, participant aux cours de vitrail et de verre d'art de l'Atelier de verre de Lachine

 
       
 

 Murée de l’extérieur, l’ancienne fenêtre rappelle de l’intérieur sa fonction d’antan par deux néons éclairant l’ouverture. Cet espace, en attente du vitrail qui profitera de sa douce luminosité, est à l’origine de la passion d’Éric pour le verre d’art.

 Grâce à ses habiletés manuelles et son intérêt pour les métiers traditionnels, Éric aime faire ressortir la beauté des espaces et l’essence des matières. Charmé par les vieux immeubles et les objets qui ont une âme, ses talents et sa sensibilité sont présentement au service de l’ancien magasin général où il habite.

 L’immense vitrine, à hauteur des yeux des passants et qui lui sert maintenant de fenêtre de salon, sera bientôt complètement décorée d’une série de grands vitraux au motif floral. En attendant, il se fait la main sur des projets plus modestes, explore différentes techniques et développe ses acquis.

 Son véritable coup de foudre pour le travail du vitrail lui est venu à la conception de son premier abat-jour. Charmé par la beauté de ces objets essentiels au quotidien, et qui deviennent des œuvres d’art utilitaire par la magie des verres et des motifs, Éric est intarissable en décrivant les variations de teintes des verres lorsqu’ils sont allumés ou éteints.

 Planifiant présentement ses prochains abat-jour, Éric compare les moules, les motifs, les formes, afin que ses œuvres s’intègrent parfaitement aux différents espaces de sa maison.

 Inspiré par les lampes que Tiffany a créées, il rêve de dessiner un jour son propre modèle d’abat-jour. Minutieux et patient, le nombre de morceaux et les difficultés d’un projet ne lui font pas peur. Comme disent les vieux artisans : ‘Ça prendra le temps que ça prendra!’